Derrière la chambre

valleraugue1

La chambre d’hôtes est un roman. Cela signifie que rien de ce qui est raconté n’est vrai, que tout est imaginé, enfin presque… Car le décor, lui, est bien réel. Un village du Gard, Valleraugue, serti dans ses montagnes cévenoles, une petite route qui monte vers le col du Pas et après, c’est de l’imagination, pure et délirante.

Repérages

On peut facilement marcher sur les pas d’Hugues, de Véronique et de la petite Mélusine, jusqu’à un certain point. On peut retrouver les éléments décrits et illustrés ci-dessous mais la chambre d’hôtes elle-même n’existe pas, pas plus que le mazet de la Pieyre. Si le hameau existe, il est constitué de quelques maisons en cul-de-sac. Au-delà, pas de mazet, pas de Jeanine, pas d’Auguste, pas de cheval, pas de divine bouteille. Il existe cependant trois personnages bien réels. Les deux gendarmes, tout au moins ceux qui étaient de service ce jour extraordinaire du 10 juillet 2015 et le patron du snack, Jean-Louis, qui a accepté de poser, avec, dans les mains, les fameuses frites… car il y a des frites dans l’histoire.

Ces photos ont été prises les 24 et 25 mai 2016. Bien après que le roman soit achevé et sur le point d’être imprimé. Alors quoi ? L’auteur a-t-il mis la charrue avant les boeufs ? Que nenni. C’est comme au cinéma, le repérage d’un film ne se fait qu’une fois que l’histoire est écrite, juste avant le tournage. Au moment de l’écriture, brute, décoffrée des neurones, je ne savais pas du tout où j’allais. J’avais bien une idée de là où j’allais planter mon histoire, mais c’était encore très vague. Ca aurait pu se passer dans les Alpes, du côté de Saint Vincent les Forts par exemple, j’aime bien ce coin. Puis, tout naturellement, les Cévennes se sont affirmées par l’intérêt tout particulier que je porte depuis longtemps à cette magnifique région. Restait ensuite à choisir l’endroit précis. De nombreux villages cévenols s’y prêtent à merveille, et sans hésiter, Valleraugue s’est avéré être le lieu de idéal pour ses environs délicieusement sauvages. Peut-être aussi pour le souvenir impérissable que me laisse ce village lorsque j’entrepris, dans ma folle jeunesse, la fameuse montée qui part de l’église jusqu’au sommet du mont Aigoual. Ce sentier, aussi populaire pour les randonneurs que le chemin de Compostelle, porte un nom : les 4000 marches (voir encadré au bas de la page).

Le décor était planté, il restait à y faire évoluer mes personnages. Oui mais voilà, si le village existe, il fallait que ses environs soient fidèles à la réalité, ainsi que les lieux fréquentés. Pas question de badiner avec les repères existants. Une fois que tout fut écrit, par souci de cohérence, je décidais d’aller me rendre compte sur place, de vérifier, de certifier, une dernière étape avant le lancement des rotatives. J’ai donc photographié tout azimut, même des lieux qui ne figurent pas dans l’histoire. J’ai même eu de la chance, un tracteur me succédait sur la départementale 10, je le photographiais à travers le parebrise, mais ce n’était pas Auguste. Ces photos illustrent donc une partie des décors, avec, en légende, les passages du livre auxquels elles se réfèrent. Ne cherchez pas plus loin. Jamais vous ne trouverez le chemin de la mystérieuse forêt qui mène à l’épouvantable chambre d’hôtes, tenue par l’énigmatique Hortense qu’il est préférable de laisser dormir dans les pages. C’est mieux pour vous. Que cette histoire demeure une fiction, et rien d’autre qu’une fiction.

valleraugue
Ils arrivent à Valleraugue, le dernier village à traverser avant d’arriver à destination. (p 27)

valleraugue
…quitte le village par une route départementale plus étroite (p 28)

valleraugue
Et pour doubler sur ces routes, bonjour ! (p 29)

valleraugue
…en pointant le doigt sur une ouverture dans la végétation. (p 30)

valleraugue
La voiture s’engage sur un chemin de terre qui descend dans un sous-bois. (p 30)

valleraugue
Debout, il attend qu’une voiture passe pour l’interpeler. (p 38)

valleraugue
Et le tracteur se matérialise sous les yeux du naufragé. (p 40)

valleraugue
…ils marchent sur l’artère principale de Valleraugue… (p 194)

valleraugue
…à la terrasse d’un snack, entourée de grilles, qu’une abondante glycine ombrage. (p 194)

valleraugue
Le patron s’avance vers les vacanciers affamés. (p 194)

valleraugue
Les vacanciers se rendent à pied à la gendarmerie. (p 198)

valleraugue
…on arrive à l’embranchement de la route de la Pieyre. (p 216)

valleraugue
…il faut prendre un sentier sur la droite et après c’est la ferme. (p 216)

 

Valleraugue, une vieille histoire entre nous…

Ma longue ascension vers l’Aigoual

C’était un jour de février, au début des années 80, j’étais parti de Valleraugue pour une randonnée jusqu’au sommet de l’Aigoual, sans équipement, comme on marche, tranquille, sur la Canebière. Dès les premiers kilomètres, le parcours s’avérait pénible mais pas question de rebrousser chemin. Je n’avais pas même un bâton, j’en avais cruellement besoin, notamment pour me stabiliser dans ma progression à flan des pentes neigeuses très raides. Je ramassais une branche et en confectionnais un de fortune qui m’aida à arriver au sommet. Parti à 9 h, il était plus de 16 h lorsque je vis se dessiner dans la brume hivernale la silhouette sombre de l’imposante bâtisse météorologique. J’étais dans la solitude et la désolation les plus extrêmes, pas âme qui vive, ni homme ni bête, le vent d’hiver et le ciel chargé me rappelaient mon inconscience, car en prime, j’étais perdu, sans repères, autre que mes traces de pas dans la neige. Le jour déclinait. Il fallait faire demi-tour. Impossible de revenir par la route, ensevelie sous deux mètres de neige. Je repris donc le même chemin, en sens inverse, et la nuit tomba rapidement. Je n’avais pas de torche ni de lampe frontale, seulement un briquet que j’allumais et que le vent éteignait aussitôt, le temps de mémoriser les quelques mètres devant moi que je dévalais dans l’obscurité. Plusieurs fois je tombai, par chance, pas de bobo, seulement quelques gros mots lachés par dépit. Si j’avais mis plus de six heures pour monter dans des conditions difficiles, il m’en faudra à peine quatre pour descendre, dans des conditions non plus difficiles, mais inimaginables. Dans l’urgence, quand la survie est en jeu, on est capable d’accomplir des prouesses. Il était presque 21 heures lorsque, plus bas, à travers la végétation, je distinguai les premières lueurs du village. Quand enfin, je retrouvais l’asphalte, par chance, un hôtel était ouvert, une chambre était libre car, bien sûr, je n’avais pas réservé car pas prévu d’y passer la nuit. Les articulations douloureuses m’empêchaient de dormir, tétanisé par les crampes. L’aube fut longue à arriver. Sur la route du retour, je pensais à ce risque énorme que j’avais pris par défi. J’aurais pu y rester, qui m’aurait cherché si par malheur j’étais tombé, je m’étais blessé, ou si j’avais eu un malaise ? A cette époque, le téléphone portable n’existait pas et j’étais seul, abandonné sur un sentier de folie sur lequel personne ne marche en cette période de l’année. J’avais néanmoins accompli un exploit, mais à quel prix. Ce souvenir, fort, est rattaché à Valleraugue, à son atmosphère, à ces bons esprits, qui, dans ce moment extrême, ne m’ont pas pénalisé mais guidé. Quelque part, je suis un peu reconnaissant d’être sorti de cette éprouvante aventure sans la moindre égratignure. Des années après, je devais bien un livre à ce village.

 

A propos des chambres d’hôtes…
(Avant-propos du livre, extrait)
 

J’aimerais rendre hommage aux chambres d’hôtes, ces endroits délicieux qui fleurissent par milliers aux confins du royaume de France, à la mer, à la campagne, à la montagne, et même au-delà de nos frontières, sous d’autres appellations, la plus internationale étant Bed & Breakfast. Dormir chez l’habitant est une approche incomparable pour qui est désireux de découvrir les profondeurs d’un pays, de s’immerger dans les habitudes d’un village, de pénétrer les petits secrets qu’on ne partage qu’autour d’un verre lorsque l’approche, discrète et respectueuse, amène naturellement les hôtes à adopter leurs hôtes, singularité de notre langue qui désigne par le même vocable celui qui reçoit et celui qui est reçu.

Qu’elles soient isolées en pleine nature ou plantées au sein d’agglomérations, qu’elles soient faites en bois de chalet, construites de pierres anciennes ou bâties en apparat de château, qu’elles soient classées ou non, les chambres d’hôtes sont de tous les types et de toutes les configurations. Quels que soient leurs atouts, de la plus modeste à la plus royale, elles offrent les niveaux de confort les plus variés. Certaines sont très originales, dans leur jus, rivalisent de caractère et d’authenticité. Elles ont toutes un point commun, le sens de l’hospitalité de leurs propriétaires, la chaleur du contact, le sourire, l’accueil dans toute son amplitude. Tenir une chambre d’hôtes est une profes-sion de foi, un engagement vers l’autre.

 

Projets de couverture

La couverture a évolué en même temps que l’histoire, ainsi que le titre qui a finalement conservé son article "La". L’idée de base était qu’une guêpe soit le détonateur et l’aboutissement, d’où sa présence sur les premières maquettes de couverture. Puis l’idée a été abandonnée. Sur le premier projet, c’est le village de Peyreleau, dans l’Aveyron, qui illustre la couverture, preuve que le cadre n’était pas encore défini. Cliquez sur les images pour les agrandir.

    

    

 

Anecdotes rédactionnelles

ATTENTION : les précisions ci-dessous dévoilent quelques passages de l’intrigue. A ne lire qu’APRES avoir lu le livre.

  • L’écriture brute a été réalisée en un mois, mars 2016. Les relectures successives et les nombreuses corrections et retouches ont nécessité trois fois plus de temps.  
  • Hortense Lecalouette s’appelait initialement Lucette Kermola. L’identité a été modifiée pendant une relecture.  
  • L’idée première était que la propriétaire de la chambre d’hôtes meure des suites d’une agression massive de guêpes.  
  • Avant d’être réduit au simple mot « bleu », les paroles que prononce la victime du supermarché avant de s’évanouir étaient au départ : « Touchez pas au gris. » L’idée était que la mort se cachait dans quelque chose de couleur grise, une statue qui se renverserait lors de l’altercation finale et laisserait échapper un essaim de guêpes. Lors de l’avancement du roman, il s’avérait que cette idée n’était pas cohérente, en ce sens que les insectes pouvaient également agresser les héros de l’histoire. Les épargner auraient été une pirouette un peu facile.  
  • Au départ, la chambre d’hôtes se situait de nos jours. Mais c’était se retrouver avec un cadavre bien réel à la fin de l’histoire impliquant une fin totalement différente qui aurait éloigné le lecteur du mystère souhaité pour l’orienter vers une enquête policière digne de Simenon. Ce n’était pas le but du roman.  
  • Auguste Castey est un paysan érudit, comme il en existe beaucoup, prouvant que l’absence d’études n’entache en rien les connaissances, souvent profondes, qu’ont les gens de la terre. Sa présence est fondamentalement providentielle, comme l’ange dans le chaos.  
  • Des références à certains classiques du cinéma ponctuent le récit : Les tontons flingueurs, Le père Noël est une ordure, Les bronzés font du ski, La soupe aux choux…  
  • L’intervention du groupe de rock allemand Rammstein apporte une note sonore puissante en adéquation avec le contexte. Rammstein pourrait même servir de bande son à une version cinématographique, comme si le film entier devenait un clip infernal.

Pour qui ne connait pas Rammstein, ci-dessous la chanson dont il est question en page 163. Montez le son, c’est du pur délire pyrotechnique.

 

Casting cinéma

En imaginant que La chambre d’hôtes soit adapté au cinéma ou à la télévision (on peut rêver), voici un casting qui tient la route.


Robinson Stévenin
Hugues Tipadacca

Odile Vuillemin
Véronique Tipadacca

(Casting à faire)
Mélusine Tipadacca

Corinne Masiero
Hortense Lecalouette

Jean-Marie Bigard
Auguste Castey

Yolande Moreau
Jeanine Castey

Luc Palun
Le gendarme

Riton Liebman
Le 2ème gendarme

Lorella Cravotta
La victime du supermarché

Bruno Moynot
L’homme du supermarché

Lui-même
Le patron du restaurant

Dom’s Coy
L’automobiliste en colère

Le couple Robinson Stévenin et Odile Vuillemin s’assemble bien, chacun dégage une intensité dramatique très forte. La petite actrice qui joue le rôle de leur fille peut être n’importe quelle petite fille révélée lors d’un casting. Corinne Masiero est un monument, douée d’une aura dramaturgique aussi puissante qu’Isabelle Huppert, elle peut merveilleusement incarner ce caractère ambigu et bipolaire qu’est Hortense Lecaloulette. Pour le rôle du paysan, il faut un fort en gueule avec du bagou et un cœur grand comme ça, l’humoriste Jean-Marie Bigard est capable de prouesses dans ce domaine. A ses côtés, la délicieuse Yolande Moreau l’accompagne dans la peau d’une paysanne, un rôle fait pour elle. Luc Palun et Riton Liebman, les deux gendarmes, ont déjà joué des rôles de gendarmes dans des séries télévisées, Luc dans le Commissaire Laviolette et Riton dans Imogène le Dantec, ils se retrouvent ici ensemble, à nouveau, dans le même costume. Viennent ensuite quatre petits rôles pour lesquels il faut bien se dévouer. Lorella Cravotta, ex-Deschiens (comme Yolande) incarne la femme qui fait un grave malaise au supermarché, quant à Bruno Moynot (l’inoubliable monsieur Prescovik et ses doubitchous), il joue le rôle du vieux monsieur qui appelle les secours. Le patron du restaurant, Jean-Louis, est le seul personnage réel de l’histoire, il incarne son propre rôle. Il fallait bien un interprète pour se farcir le rôle ingrat du méchant automobiliste qui envoie Hugues sur les roses, l’auteur s’y colle, comme un clin d’œil.

Crédit photos : programme.tv – telestar.fr – 123rf.com – unifrance.org – elle.ladmedia.fr – notrecinema.com – kpitalrisk.free.fr – dominique-sarais.com – unifrance.org

 

 

Un commentaire pour Derrière la chambre

  1. Jacky Rouletabille dit :

    Hello !

    Plus qu’un livre, en fait.
    Un ensemble, qu’il est plaisant de découvrir (après avoir lu, bien sûr).

    Que ce soit les photos des lieux, le casting (pour le cas où…), ou encore les explications sur le livre, l’ensemble présenté dans le site, est des plus plaisant.

    Voilà bien une « formule » bien novatrice, qui mérite d’être encouragée.

    Félicitations… et bonne continuation.

    Jacky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Combien font : *
23 + 21 =


Voir les partages
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Masquer les partages